La voie des sans voix

L’Ivoirien et le business de la misère !

0 258

À chaque catastrophe ou tragédie nationale, on voit l’émergence de Zorro, des temps nouveaux. Ce sont eux qui ont plus de cœur que les autres. Ce sont eux qui sont plus humanistes que la mère Teresa. Mais laissez-moi vous dire une chose. Et cela est clair dans mon esprit comme l’eau de roche. Vous n’êtes rien d’autre que des fossoyeurs. Qui profitent du chaos généralisé pour se faire un nom.

Comme je l’avais déjà dit, les sens dents ivoiriens et autres sinistrés n’ont pas besoin d’une compassion de circonstance. Ils ont besoin de solutions durables à leurs problèmes de tous les jours. Problèmes de logement, d’emploi, de se nourrir, etc. L’état, que dis-je le gouvernement nous saigne à blanc chaque jour. On en fini plus de payer des impôts exorbitants à tout moment.
On nous fait croire que cette surtaxe va servir à construire des routes et à les entretenir, à ramasser les déchets des foyers, à équiper nos soldats du feu. Des structures d’aides ont même vu le jour. Pour ne pas parler du ministère de la solidarité.

le business de la misère !

Au lieu de nous gargariser sur les réseaux sociaux comme les nouveaux sauveurs de ce peuple pourquoi ne pas commencer par les fondamentaux ? Demandons à l’état de nous sortir notre argent qui est dans ses caisses. Demandons lui à quoi à servir le tribut, la taxe, la surtaxe, la contribution, l’imposition, la redevance, la dîme, la patente en un mot la taxation ?
Cher(e) s Zorro et Robin des bois des temps nouveaux, ne faites pas croire aux autres qu’ils ont les doigts dans le C*** pendant que vous vous tuez à la tâche. Personne ne vous a mandaté. Donc quand vous le faite, faites-le en silence
Pour ma part, il est important de demander à l’état de nous rendre des comptes. Quand on paye pour un travail, on est dans l’obligation de demander des comptes. Pourquoi ça n’a pas été fait.
Chers Concitoyens, pour paraphraser Diane Douaye que chacun fasse sa part. C’est nous qui vivons dans les endroits dit à risque. Tachons de préserver notre environnement. Sinon chaque année, c’est à ce genre de ballet morbide avec son corollaire de compassion laconique que nous allons assister.

 

commentaires
Chargement...
Abonnez-vous à notre newsletter
Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir plus de billets et de chroniques !
Merci pour l'enregistrement. Vous devez confirmer votre adresse email avant de pouvoir vous envoyer. Vérifiez votre courrier électronique et suivez les instructions.
Nous respectons votre vie privée. Vos informations sont sécurisées et ne seront jamais partagées.
Ne manquez pas. Inscrivez-vous aujourd'hui.
×
×
WordPress Popup Plugin
%d blogueurs aiment cette page :