La voie des sans voix

Industrialisation du secteur cacao : le groupe SACO augmentera sa capacité de broyage de + 40.000 tonnes

169

Présente en Côte d’Ivoire depuis 1964, la Société Africaine de Cacao (SACO), l’un des groupes pionniers de l’industrie du cacao en Côte d’Ivoire a décidé d’accroitre sa capacité de broyage de plus de 40.000 tonnes de fèves de cacao en investissant 30 milliards dans des travaux d’extension de son usine située à Abidjan dans la commune de Marcory. La nouvelle a été rendue officielle mercredi, lors de la cérémonie de pose de première pierre des travaux d’extension de l’usine, à son siège en Zone 4.

Donner le coup d’envoi d’une réinvention du groupe SACO en réaffirmant sa confiance dans le climat économique ivoirien, c’est l’un des propos marquant qu’on retiendra de l’intervention d’Antoine de Sainte-Afrique, CEO de Barry Callebaut, entreprise mère de la Société Africaine de Cacao. En effet, le groupe présent sur le territoire ivoirien depuis plus de 50 ans passe à « une autre ère » en s’engageant à doubler sa capacité de production d’ici 2019.

Cet investissement d’un coût estimé à 30 milliards de francs CFA servira à la construction d’une nouvelle usine en Zone 4, un entrepôt de stockage pour produits finis, une académie du chocolat ainsi que des bâtiments administratifs comprenant cantine, bureaux et vestiaires.

L’académie du chocolat est envisagée, selon le directeur du groupe SACO, à la formation des aspirants au métier du chocolat.

Dans son propos, Antoine De Sainte-Afrique a précisé leur engagement auprès des cacaoculteurs ivoiriens en formants 41.000 cultivateurs aux techniques de culture cacaoyère pour faire du chocolat durable la norme en Côte d’Ivoire.

Lors de la cérémonie, le maire de Marcory, Aby Raoul ; le ministre du commerce, de l’industrie et des mines par intérim, Soulémane Diarrassouba et le premier ministre ivoirien Amadou Gon Coulibaly se sont succédés au pupitre après les responsables du groupe SACO.

Les autorités ivoiriennes ont remercié le groupe pour son engagement à contribuer activement à l’industrialisation de la Côte d’Ivoire. en effet, pour le premier ministre ivoirien, ce projet d’extension de l’usine SACO « témoigne de la qualité du climat des affaires en Côte d’Ivoire ».

Notons également que le groupe SACO fait partie des huit entreprises signataires d’une convention avec l’Etat ivoirien qui les engage accroitre la capacité de transformation locale de nos produits industriels. Avec toutes ces mesures évoquées par les représentants du gouvernement, la Côte d’Ivoire devrait être en mesure de passer à 900 mille tonnes de fèves de cacao produites localement, soit 50% de notre production annuelle d’ici 2020.

Ainsi, en présence des membres du gouvernement ivoirien, des autorités administratives et coutumières de la commune de Marcory, des délégations des ambassades de Belgique et de Suisse, des partenaires et du personnel du groupe SACO, c’est à 16h28 minutes que l’on a procédé à la pose de la première pierre des travaux d’extension de l’usine SACO dont la fin est prévue pour janvier 2019.

Pour le CEO du Barry Callebaut « agrandir une usine, c’est comme planter un arbre. C’est pour les générations futures ». Puisse l’ombre de cet arbre apporter du dynamisme au secteur du cacao dans notre pays.

Tingbo

Leave A Reply

Your email address will not be published.

Abonnez-vous à notre newsletter
Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir plus de billets et de chroniques !
Merci pour l'enregistrement. Vous devez confirmer votre adresse email avant de pouvoir vous envoyer. Vérifiez votre courrier électronique et suivez les instructions.
Nous respectons votre vie privée. Vos informations sont sécurisées et ne seront jamais partagées.
Ne manquez pas. Inscrivez-vous aujourd'hui.
×
×
WordPress Popup Plugin
%d blogueurs aiment cette page :