La voie des sans voix

Sur les traces sinueuses du ‘’stratège politique’’ Laurent Gbagbo

0 1 906

Qu’on l’aime ou qu’on ne l’aime pas, le Woody de Mama, Laurent Gbagbo, ne laisse personne indifférent. De ses discours dans l’opposition au pouvoir, en passant par la Maca et aujourd’hui à La Haye, l’homme Laurent Gbagbo a toujours été présenté par beaucoup de ses partisans comme un stratège politique. Je l’ai pensé moi-même à un moment. Mais avec beaucoup de recul, je me rends compte qu’il n’a pas toujours été l’extraordinaire bête politique qui nous a été vendue par ses supporteurs qui lui pardonnent tout, ou presque, sans raisons vraiment valables ou indiscutables.

Quelques temps avant le 19 septembre 2002 qui allait endeuiller la Côte d’Ivoire, le Woody de Mama affirmait avoir connaissance qu’un coup d’État se préparait contre la terre d’Eburnie. Il l’avait même annoncé comme un devin lors d’une conférence de presse : « On voit le dos des nageurs ». Malgré cette qualité divinatoire, il n’a pas été en mesure d’assurer la sécurité des Ivoiriens. La capitale Abidjan est alors touchée en plein cœur. Bouaké la deuxième grande ville est devenue la base arrière des rebelles.

Feu Général Robert Gueï, le Burkina de Blaise Compaoré, Alassane Ouattara et la France ont été fortement accusés. À aucun moment, le pouvoir Laurent Gbagbo ne s’est remis en cause. Un père de famille qui a vent d’une attaque contre sa famille, que fait-il ? Je vous pose la question ? On ne va pinailler sur ça, pour parler comme les Ivoiriens « on est déjà dans pain ».

Allons à Marcoussis ! Les accords dits de Linas-Marcoussis, ou encore Kléber, se sont déroulés du 15 au 26 janvier 2003 en France. Ils avaient pour but de mettre un terme à la guerre (inutile) qui avait été imposée à la Côte d’Ivoire.

Sur invitation de l’ancien président français, rebelles, partis politiques ainsi que le président panafricaniste Laurent Gbagbo vont prendre part à cette rencontre. L’accord de Marcoussis disait entre autres que Laurent Gbagbo restait président, il devait former un gouvernement de 44 membres dans lequel les rebelles qui avaient endeuillé la Côte d’Ivoire obtenaient les ministères de la Défense et de l’intérieur. Comme si cela ne suffisait pas, le RDR et le PDCI devaient avoir chacun 7 ministres dans ce gouvernement. À Kleber, le pouvoir de Gbagbo venait d’être dépecé. Son propre parti s’en sortait avec 10 ministres. Du coup rebelles et opposition s’en sortaient avec 75 % de membres au gouvernement contre 25 % pour les partis au pouvoir. Des Ivoiriens se sentant arnaqués, descendirent dans la rue. Laurent Gbagbo après avoir signé cet accord, lança aux Ivoiriens 

« J’accepte et je m’engage dans l’esprit du texte de Marcoussis. Essayons, et si ça ne marche pas, nous le verrons bien… Essayons ce médicament : s’il nous guérit, c’est tant mieux, s’il ne nous guérit pas, nous essaierons un autre médicament. Faisons tout pour qu’il nous guérisse et nous sorte de l’état de guerre ».

Désabusés, désillusionnés, les Ivoiriens et ses partisans hostiles à cet accord, ont essayé ce médicament amer, permettant, selon eux, à ceux qui avaient endeuillé les Ivoiriens, de narguer sans crainte leurs victimes avec un sourire narquois.

Les 4,5 et 6 novembre 2004, le Woody de Mama reprend du poil de la bête. Il lance l’opération « Dignité ». Une opération de libération du pays. Une initiative qui va se solder par un échec. La France venait de tousser (elle avait détruit les aéronefs ivoiriens) comme un animal effrayé, la bête politique avait mis la queue entre les jambes. Encore une fois, le peuple ivoirien est sorti pour faire barrage. Laurent Gbagbo n’a pas profité de cela pour libérer le pays. Bien au contraire, en 2005, ‘’ le stratège’’ Laurent Gbagbo, va encore commettre une erreur. Oubliant qu’il avait dit aux Ivoiriens

« à chaque fois qu’il y aura contradiction, j’appliquerai la Constitution. Je suis votre dernier rempart »

Il revient sur sa parole donnée aux Ivoiriens au sorti de Linas Marcoussis. Mis en confiance, par la communauté internationale, qui lui garantissait une victoire au premier tour, « le stratège » va aller jusqu’à violer la constitution pour faire d’Alassane Ouattara actuel président de la Côte d’Ivoire un Candidat exceptionnel. Sur quoi comptait Laurent Gbagbo ?

En juillet 2007, Laurent Gbagbo se laisse embarquer dans le piège de l’accord de Ouagadougou, avec le Président de l’Assemblée nationale Guillaume Soro. Une pseudo paix lui est proposée. « Naïvement » , le président Laurent Gbagbo tendra la main tendue à fils spirituel, tout simplement pour se payer la tête de la France , de Banny, de Bédié et Ouattara après s’être déjà payé la tête de Seydou Diarra.. La flamme de la paix est organisée en grande pompe à Bouaké. Les événements de 2010 ont donné raison aux observateurs avertis qui disaient que c’était un baiser mortel.

Du 19 septembre 2002 jusqu’au 11 avril 2011, Laurent Gbagbo a été roulé dans sa propre farine, prenant quelques fois le dessus grâce à l’illusion d’être le seul maître du jeu, parce qu’il était le Président de la République, et parce que c’est la Constitution ( pourtant déchirée via l’article 48 autorisant des candidatures exceptionnelles là où Marcoussis pourtant décrié, conseillant un référendum en Bonne et due forme , dans le respect de la constitution ivoirienne). .

Aujourd’hui, avec ce qui se passe à la Haye, on se rend compte qu’au-delà des choix politiques boiteux de Laurent Gbagbo, le Woody de Mama s’est entouré de personnes incompétentes qui plus est, étaient pour la plupart des félons. C’est dur à dire, mais Gbagbo est victime de sa sincère naïveté. Car il a toujours cru à tort ou raison que tout le monde est aussi sincère comme lui. Pour un homme politique de sa trempe, c’est dommage. Mais ce serait injuste d’y voir matière à circonstances aggravantes, même si Yode Siro ont prévenu : « Si tu as nommé voleur, on dira que tu es voleur », et que le mythe du chef toujours bon victime d’un entourage mauvais et malfaisant , n’est plus trop souvent opérant, de nos jours.

Daouda Coulibaly

commentaires
Chargement...
Abonnez-vous à notre newsletter
Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir plus de billets et de chroniques !
Merci pour l'enregistrement. Vous devez confirmer votre adresse email avant de pouvoir vous envoyer. Vérifiez votre courrier électronique et suivez les instructions.
Nous respectons votre vie privée. Vos informations sont sécurisées et ne seront jamais partagées.
Ne manquez pas. Inscrivez-vous aujourd'hui.
×
×
WordPress Popup Plugin
%d blogueurs aiment cette page :