La voie des sans voix

Le chapelet des traîtres

4 038
« Devant moi, il y a deux armées et mon front. Je sais le mieux et je décide le mieux comment agir. Si vous avez du temps pour déposer vos soldats de plomb, venez organiser aussi la bataille. »
Staline raccroche. L’homme qui vient de parler ainsi au « Tyran rouge », l’homme d’acier s’appelle Gueorgui Konstantinovitch Joukov. Le 20 novembre 1941, il finira maréchal de l’URSS et Héros de l’URSS. Et il gérait une situation 150 000 fois plus complexe sur 14 millions de km2. 24 millions de morts dont 5 millions en 5 mois à Stalingrad…
Nous ne demandons pas autant à Mangou. Je ne dirais pas général. Une histoire récente, contemporaine, affligeante… Nourrie de rumeurs, de trahison, de fantasme. Cette histoire nous est servie par un acteur. Notre souffrance, nos égarements. Des incompréhensions, des zones d’ombre. Tout s’éclaire. Il n’avait aucun pouvoir. Il n’est pas fautif dans la conduite des opérations. Homme de paille, général chanteur, danseur, …
On aura vu le plus prolixe des militaires. Mais également le plus peureux des hommes. Grande première pour l’histoire des armées. Un chef d’État Major révèle les secrets, les pensées, les antagonismes d’une armée. Un CEMA, ou une erreur de casting. Le pensionnaire de la Haye ne l’a pas vu venir… Lui expert en casting désastreux. C’était donc ça notre chef d’état-major ? Un homme sans conviction, sans leadership, sans honneur.
Comme une couleuvre dans un nid d’œufs, il a fait ripaille sur nos funérailles. Un homme, censé être le plus valeureux des soldats, le plus intelligent, le leader nous apprend que pendant 7 ans, il était un comique. Qu’il savait que sa mission échouerait. Des jérémiades en couardises, nous avons été spectateurs d’un beau jeu.
Applaudissement. Il a donc dansé, chanté, mais tout en sachant que rien ne se ferait. Cherchons une taupe ! Il a laissé des soldats aller se faire massacrer. Mener des opérations à l’échec. Et toujours fidèle à sa félonie, rejette sur les autres ses errements, sa lâcheté. Mangou, tu es un lâche. Mieux tu es un traître. Tu n’as pas trahi Gbagbo. Ni l’état de Côte d’Ivoire. Tu as trahi les gendarmes morts à Bouaké, les civils, les rebelles, les soldats blessés, les soldats au front, les femmes violées, … Tu as ta vie.

Pourras-tu un jour te promener dans ton propre pays en toute liberté ? Avec tous ces biens accumulés au prix de la traîtrise ? Ton officier traitant a fait un excellent travail. Nous ne te jugerons pas. Nous écoutons tes élucubrations de « général » . Nous ne pouvions gagner cette guerre. Puisque tu étais l’ennemi avant l’ennemi.
Ainsi, donc nous enterrons les vestiges de notre armée. Nous comprenons : le limogeage du général Doué, l’échec des opérations militaires, le bombardement des Français à Bouaké, la déconfiture du front… Ensemble récitons cette litanie des traîtres. Ceux qui se sont cachés, ceux qui ont livrés leurs soldats, ceux qui se sont tus, ceux qui n’ont pas combattus, ceux qui n’ont rien fait…

Prions pour : Mangou, Detoh, Kassarate, Brindou, Kessy.…. Notre compassion pour tous ceux qui sont morts pour rien. Une erreur de casting, un mannequin nous a appris, que même un général peut être comique. Les hommes passent, les nations demeurent. Le devoir militaire est encadré et ceci n’est pas que de vains mots.
« Le militaire est tenu à l’obligation de réserve en tout lieu et en tout temps. Il doit s’interdire de tout acte ou comportement de nature à compromettre l’honneur ou la dignité de sa qualité ou à porter atteinte à l’autorité et à l’image de marque de l’institution militaire ».
 Pour l’honneur, il y a des choses qu’on ne fait pas. Il y a des choses qu’on ne dit pas. Mangou est le premier grain de ce long chapelet des traîtres. Prions pour lui et ses acolytes qui de toute évidence n’ont jamais su ce qu’est le devoir de militaire.

 

Sheikh Abdul Khan Analyste Politique

1 Comment
  1. […] Ainsi, donc nous enterrons les vestiges de notre armée. Nous comprenons : le limogeage du général Doué, l’échec des opérations militaires, le bombardement des Français à Bouaké, la déconfiture du front… Ensemble récitons cette litanie des traîtres. Ceux qui se sont cachés, ceux qui ont livrés leurs soldats, ceux qui se sont tus, ceux qui n’ont pas combattus, ceux qui n’ont rien fait…Lire la suite lavoiedesansvoix.com […]

Leave A Reply

Your email address will not be published.

Abonnez-vous à notre newsletter
Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir plus de billets et de chroniques !
Merci pour l'enregistrement. Vous devez confirmer votre adresse email avant de pouvoir vous envoyer. Vérifiez votre courrier électronique et suivez les instructions.
Nous respectons votre vie privée. Vos informations sont sécurisées et ne seront jamais partagées.
Ne manquez pas. Inscrivez-vous aujourd'hui.
×
×
WordPress Popup Plugin
%d blogueurs aiment cette page :