La voie des sans voix

La grève des planteurs de Cacao fait 6 blessés et 6 interpellations.

0 109

 

Des centaines de producteurs de cacao ont répondu, jeudi 16 février 2017, au mot d’ordre de « grève illimitée » du Syndicat national agricole pour le progrès en Côte d’Ivoire (Synap-CI) de Koné Moussa et de la Coordination nationale des planteurs de Côte d’Ivoire (Cnpci) de Bilé Bilé. Venus pour la plupart de l’intérieur du pays, ils se sont retrouvés vers l’espace la Sorbonne et le jardin public au Plateau. Objectif : converger vers la Caistab où est logé le Conseil du café-cacao (Ccc).

Ces producteurs entendaient protester contre le « blocage lié à la commercialisation du cacao au cours de la campagne 2016-2017 ». Mais après plusieurs tentatives de les empêcher d’y arriver, les éléments de la Police ont dispersé les manifestants à coup de gaz lacrymogène. Faisant le point de cette journée à la presse au siège du Synap-CI au Plateau, hier jeudi, Koné Moussa, a condamné cette réaction des policiers. « Le Conseil du café-cacao (Ccc) vient de déclarer la guerre aux planteurs. Nous allons porter plainte contre le Ccc. La lutte ne fait que commencer.

 Je lance un appel à tous les producteurs, à toutes nos coordinations à l’intérieur du pays pour bloquer les activités du Ccc jusqu’à ce que notre cacao stocké dans nos magasins, dans les camions et dans les ports soit payé et que tous les planteurs soient effectivement payés », a martelé le leader du Synap-CI. « Au moment où je vous parle, nous dénombrons 6 blessés suite à la réaction de la Police et 6 interpellations.

Nous étions 680 planteurs au Plateau, mais le reste des producteurs était en route pour nous rejoindre quand nous avons été gazés», a-t-il dressé le bilan de la manifestation. « Il n’y a jamais eu de blocage, jamais eu de paralysie », a expliqué, jeudi 16 février 2017, Massandjé Touré-Litsé, la Directrice générale (Dg) du Ccc à Rfi. « Il y a a seulement eu un ralentissement dû à un pic de la production », a-t-elle assuré. Cette « grève illimitée », faut-il le savoir, dont le préavis a été déposé le 8 février 2017 au ministère de l’Agriculture et du développement rural bénéficie du soutien de plusieurs organisateurs de producteurs.

 Il s’agit notamment du Syndicat national des agriculteurs de Côte d’Ivoire (Synag-CI) de Soumahoro Moussa, du Collège national des producteurs de café et de cacao (Cnpcc) de N’Zi Yao Dinard, du Collectif des producteurs de café-cacao de Christophe Auguste Douka

commentaires
Chargement...
Abonnez-vous à notre newsletter
Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir plus de billets et de chroniques !
Merci pour l'enregistrement. Vous devez confirmer votre adresse email avant de pouvoir vous envoyer. Vérifiez votre courrier électronique et suivez les instructions.
Nous respectons votre vie privée. Vos informations sont sécurisées et ne seront jamais partagées.
Ne manquez pas. Inscrivez-vous aujourd'hui.
×
×
WordPress Popup Plugin
%d blogueurs aiment cette page :