La voie des sans voix

Méïté Souleymane, le « Mal » à liquider !

0 101

image_slide_580Le  nom de Souleymane Méïté est inconnu de nombreux ivoiriens. Cependant, le sigle de l’entreprise qu’il a créée, est connu de tous. Il s’agit de l’assureur TSA. Un groupe qui a fait l’objet de plusieurs écrits la semaine dernière.

Ma curiosité d’homme de média m’a poussé à en savoir un peu plus sur cette société dont les organes de presse et non des moindres, parlent. A l’origine de ce qu’on va appeler l’affaire TSA, figure le très ‘’ sérieux’’ magazine panafricain Jeune Afrique.  Il se fait l’écho de présumé déboire que l’entreprise traverse en ce moment.

Le confrère évoque un déficit de 3,6 milliards  de francs  que l’assureur trainerait dans ses comptes relativement à ses engagements. Très vite, le papier fait effet boule de neige. Soir Info,  Le Jour Plus, Le Temps, Le Mandat, l’Eléphant déchaîné pour ne pas rallonger la liste, vont relayer cette info, chacun y ajoutant son grain de sel.

Souleymane Méïté, dans presque tous les papiers  est présenté  comme un homme qui a épousé dame faillite. On lui attribue échec sur échec. Alors que la CIMA n’évoque qu’une entreprise placer sous surveillance. Mon premier constat et après enquête, c’est que les faits dont parle Jeune Afrique et les organes de presse au plan local date de 2014.

Pourquoi avoir attendu 2016, pour porter l’information sur la place publique ?  Et pourquoi tenter par des phrases bien choisie de s’attaquer à la personne de Souleymane Méïté ? Je m’interroge encore. Mon deuxième constat, je note avec un certain recul que,   TSA n’est pas la seule entreprise placée sous surveillance.  Dans les différents articles, on parle de 7 entreprises et TSA serait la dernière sur cette liste.

Dans un esprit d’équilibre et de sérieux, je me demande pourquoi ils n’ont pas dressé la liste des 6 premières entreprises. J’ai pris le temps de lire et de relire chaque article. Comme le dirait le penseur, chacun de ces discours portent en lui-même les germes de sa propre négation. Souleymane Méïté est fondateur du groupe TSA et par ailleurs candidat à la présidence de la Chambre de commerce et d’industrie de Côte d’Ivoire.

 Vu le battage médiatique et cette levée de bouclier contre le groupe TSA, je me demande si ce n’est pas un plan savamment orchestré pour porter atteinte à l’honorabilité d’un homme. Si tel est le cas, je trouve cela dommage et nauséeuse. Une campagne pour la gestion d’une institution comme la Chambre de Commerce et d’Industrie de Côte d’Ivoire  devrait-elle pousser des gens à des pratiques peu orthodoxes et à frapper en dessous de la ceinture ?  Là où il s’agit d’avoir un débat d’idée et un programme de gestion les coups bas n’ont pas leurs places.

Au demeurant, en quoi la difficulté financière d’une entreprise engagerait-elle l’intégrité où l’honorabilité  d’une personne ? Qu’elle est l’entreprise qui n’a jamais traversé de moment de difficulté ?

Etait-il nécessaire de diffuser  cette information  qui date de 2014 ? Je m’interroge toujours.  Je me présente comme  la voix des sans voix. Aujourd’hui, je ne m’inquiète pas pour Souleymane Méïté, mais je m’inquiète pour les emplois directs et indirects qui risquent de s’envoler parce qu’un article aurait faire fuir des clients de l’assureur.

 

commentaires
Chargement...
Abonnez-vous à notre newsletter
Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir plus de billets et de chroniques !
Merci pour l'enregistrement. Vous devez confirmer votre adresse email avant de pouvoir vous envoyer. Vérifiez votre courrier électronique et suivez les instructions.
Nous respectons votre vie privée. Vos informations sont sécurisées et ne seront jamais partagées.
Ne manquez pas. Inscrivez-vous aujourd'hui.
×
×
WordPress Popup Plugin
%d blogueurs aiment cette page :